La Cité du travail: La gauche et la crise du fordisme PDF

La Cité du travail: La gauche et la crise du fordisme PDF

Comme le département est devenu de plus en plus noir, les salaires ont diminué.


Quelles sont les raisons profondes de l’incapacité de la Gauche européenne à proposer une alternative crédible à l’ultralibéralisme ? Pourquoi semble-t-elle condamnée à « accompagner » sur le mode compassionnel la dégradation des conditions de vie et de travail engendrées par la globalisation ? Ou bien à chercher refuge dans des postures pseudo-révolutionnaires oublieuses de la faillite du communisme réel ? Ces interrogations sont au cœur de La Cité du travail, maître livre du grand intellectuel et syndicaliste Bruno Trentin (1926-2007). L’influence hégémonique exercée par le fordisme, le taylorisme – c’est-à-dire l’organisation scientifique du travail – sur la manière dont la Gauche a conçu le progrès permet de comprendre les impasses où elle s’enferre aujourd’hui : sa croyance dans l’autonomie du politique et la priorité qu’elle accorde à la conquête du pouvoir ; son indifférence à la question du travail ; sa soumission aux impératifs de la gouvernabilité ; et ses pratiques néocorporatistes. C’est donc l’identité même de la Gauche politique et syndicale que Trentin nous invite à repenser. Publié d’abord en italien en 1997, ce livre érudit est aussi une histoire de la conception du travail par la Gauche. Traduit de l’italien par la Fondation di Vittorio Coll. « Poids et mesures du monde » dirigée par Alain Supiot de l’Institut d’Études avancées de Nantes

Le ratio investissements / PIB de l’Inde est tombé à moins de 30%, contre 40% il y a dix ans. La majeure partie de la croissance qui a été générée en Inde au cours de la dernière décennie dépendait de ces taux d’investissement élevés, notamment l’achat de machines lourdes et la construction d’infrastructures, ce qui était important pour l’Inde pour se remettre des problèmes hérités du colonialisme britannique. règle. Si la résistance au capitalisme sous le fordisme signifiait assimiler la répression du capitalisme à la damnation et à l’acte de résister avec un salut prometteur, la compréhension du salut sous le postfordisme a radicalement changé. Et il est également important de comprendre ces échecs pour contrer ceux qui diminuent l’importance de la classe ouvrière en confondant les réalités conjoncturelles avec les réalités structurelles.-}

Comments are closed.