Justice sans châtiment PDF

Justice sans châtiment PDF

Ce serait le choix de l’employeur, mais, s’il est pris, ce serait irréprochable compte tenu de la nature des infractions.


À une époque où la loi pénale semble devenir de plus en plus répressive, il peut paraître provocateur de parler de justice sans châtiment. Et pourtant, à côté de cette vague de sévérité, tout un courant libéral vise à l’atténuation, voire à la suppression des châtiments. Le droit pénal est ainsi en constant déséquilibre entre la défense de l’ordre social et le respect de la personne humaine. Les crimes de masse, par la gravité des atteintes aux droits de l’homme et le nombre de victimes qu’ils comportent, sont alors comme une lentille grossissante de cette contradiction. Les commissions Vérité-Réconciliation constituent une tentative originale pour y remédier.
Celle d’Afrique du Sud est la mieux connue, mais il en existe désormais plus de trente-cinq, principalement en Amérique du Sud et en Afrique, et il s’en crée trois au moins chaque année.
Quel est leur objectif ? Comment fonctionnent-elles ? À quels problèmes permettent-elles de remédier ? Quel bilan en tirer ?

Une des premières études en français portant sur cette méthode nouvelle pour affronter les crimes de l’histoire.

Avocat à Paris, Étienne Jaudel a été secrétaire général de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme, avec laquelle il continue de collaborer.

Les critiques notent également des disparités entre la punition des personnes appauvries et la punition des personnes riches, notant que les défendeurs pauvres sont punis plus durement parce qu’ils n’ont pas les ressources nécessaires pour monter une défense vigoureuse aux accusations criminelles. Depuis qu’il a pris son poste quelques années auparavant, Marcantel avait travaillé à réduire le nombre de prisonniers détenus dans leurs cellules pendant 23 heures par jour, et il voulait mieux comprendre ce que ces prisonniers avaient réellement vécu. C’est ainsi que l’on peut largement choisir si le système de justice pénale, en tant qu’institution, blâme ou pardonne et, corrélativement, comment il punit, indépendamment de la mesure dans laquelle, en tant qu’individus, nous avons une conscience claire et consciente. choix sur la décision de blâmer ou de pardonner.-}

Comments are closed.